Deuxième semaine entamée à la COP24 !

Publié le 10/12/2018

Aujourd’hui marque le premier jour de la deuxième semaine de négociations à la COP24. Alors que la semaine dernière était consacrée à la partie technique et aux points clés à inclure dans le Rulebook, cette semaine sonnera l’heure des décisions politiques et de l’acceptation, ou non, du travail des négociateurs par les Ministres des différentes délégations.

Une journée placée sous le signe de la finance

Ce lundi 10 décembre était la journée « Climate and finance day » à la COP24, l’occasion de rappeler une fois encore l’importance que revêt ce sujet dans le cadre des négociations climatiques. En effet, c’est l’un des points bloquants et dans le même temps un des leviers majeurs dans la mise en place d’actions concrètes pour s’aligner avec les objectifs de l’Accord de Paris et surtout avec les recommandations du rapport du GIEC. Or, nous l’avons vu depuis le début de cette COP, les pays en développement ont fait comprendre la nécessité d’obtenir une aide financière de la part des pays développés comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon ou encore la Norvège, qui eux freinent plutôt sur ce point. Ainsi, aucun consensus n’a été établi ce week-end, avant d’entammer cette deuxième semaine. Les pays doivent encore se mettre d’accord spécifiquement sur les articles 9.5 et 9.7 du Rulebook, sur le principe de transparence des flux financiers mis au service du climat.

La finance est clé et encore une fois, elle est le principal levier dont les pays pourront disposer pour mettre en oeuvre de manière concrète des politiques climatiques suffisament ambitieuses.

C’est d’ailleurs tout l’objet du projet Pacte Finance-Climat, fondé par l’homme politique et économiste Pierre Larrouturou et le climatologue Jean Jouzel.

Au micro de Place To B, Pierre Larrouturou nous explique quels sont les enjeux de mobiliser la finance dans le contexte actuel :

Les Droits de l’Homme toujours sur la sellette

Nous vous en parlions ce week-end, les Droits de l’Homme sont d’actualité en ce début de semaine 2, car ils risquent de ne plus apparaitre dans le texte du Rulebook.

Une action des ONGs et militants avait déjà été menée vendredi dernier pour alerter les Nations Unies ainsi que les négociateurs sur cet enjeu crucial. Une autre action a eu lieu ce lundi matin dans le hall d’entrée du Centre de Conférence de Katowice. En cette journée où l’on célèbre le 70ème anniversaire de la Déclaration des Droits de l’Homme, les activistes (vêtus de blanc cette fois-ci) ont rappelé l’importance de prendre en compte l’ensemble de ce que l’on appelle les « great 8 » (Droits des populations indigènes, intégrité des écosystèmes et protection de la biodiversité, participation citoyenne, égalité de genre, sécurité alimentaire, Droits de l’Homme, équité intergénérationnelle et transition juste). Or, si l’on retire les Droits de l’Homme, tout le reste n’a plus de sens car les autres droits sont forcément liés à ceux-ci.

Cet enjeu est d’autant plus important ces jours-ci au sein de la COP24 que certains militants d’ONGs ont été arrêtés et détenus aux frontières polonaises par les autorités sur la base de leur participation à la COP. Les acteurs présents aux négociations demandent donc aux organisateurs de la COP et à la Présidence Polonaise de faire cesser ces détentions et pressions envers la société civile et de respecter les Droits de l’Homme.

Les enjeux de cette deuxième semaine de négociation

Cette semaine, les Ministres sont donc attendus au tournant pour s’engager dans des décisions adéquates et concrètes, et revoir à la hausse les ambitions de leur pays. Quels pays vont se démarquer et se positionner en leader de ces négociations ?  Les enjeux de transparence et de finance vont-ils finalement être intégrés ? Les pays développés et en développement finiront-ils par se mettre d’accord ?

Les négociateurs ont jusqu’à demain à 17h pour rendre le résultat de leur travail des premiers jours avant de les proposer aux représentants politiques. La COP prendra alors des allures beaucoup plus politique et nous pourrons voir d’ici la fin de la semaine jusqu’où les ambitions pourront aller.

L’enjeu majeur ? Parvenir à des décisions concrètes et ambitieuses sur les NDCs (Contributions Déterminées au niveau National) afin que celles-ci nous emmènent vers une trajectoire de 1,5 degrés de réchauffement global (comme le préconise les scientifiques du GIEC), plutôt que vers plus de 3 degrés, ce qui est actuellement si les engagements pris par les pays en 2015 ne sont pas revus à la hausse.

Tout reste donc encore à voir.

Retrouvez toutes les photos de cette journée sur notre album Flickr.

 

Nos derniers articles

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #44

18/01/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #43

11/01/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

Une COP24 bien en dehors des radars ?

08/01/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La COP24 s’est terminée il y a quelques semaines déjà et l’heure est désormais au......

LIRE
L'ARTICLE