Le J-Terre, le nouveau JT écolo 2.0 !

Publié le 08/11/2018

Le Journal de la Terre (J-Terre), c’est LE nouveau format de l’actualité écologique que vous avez pu découvrir en Septembre dernier.
Ce nouveau média qui se définit comme « l’info des vivants qui veulent le rester », est un projet indépendant porté par François Legrand (Chargé de projets chez Permavenir) et Félicien Bogaerts (co-fondateur du Biais Vert), avec la participation de Mr Mondialisation, La Relève et la Peste, Les Parasites, Partager c’est Sympa, PositivR, Professeur Feuillage, En Vert et Contre Tout, Edeni, Sortez tout vert, Nicolas Meyrieux (La Barbe), Cemil choses à te dire, Osons Causer, I-Boycott, Max Bird & Et tout le monde s’en fout.
En quelques jours à peine, la première émission diffusée en live sur Facebook et Youtube a atteint les 150 000 vues !
Une réussite donc.
Comment est venue l’idée du J-Terre ? Quel est son objectif ? Et quelle équipe est derrière ce beau projet ?
Nous avons pu discuter avec François Legrand, co-fondateur.

Rencontre .

Place To B – Peux-tu nous parler un peu de ton parcours ? Qu’est-ce qui t’a amené à t’intéresser à l’environnement et à rejoindre Permavenir ?

FrançoisA la base, rien ne me destinait à faire ce que je fais aujourd’hui. Je suis musicien, chanteur et guitariste, et je jouais avec un autre musicien jusqu’à ce qu’il déménage en Bretagne il y a à peu près 1 an et demi.
Cela a vraiment marqué un tournant dans mon parcours musical.
Dans le même temps, je commençais à m’intéresser à l’écologie. Mon éveil et ma prise de conscience ont commencé à se faire, d’abord par l’alimentation, quand j’ai commencé à me renseigner sur le sujet et à changer ma façon de manger, et ensuite lorsque j’ai revu Laurent, le cofondateur de Permavenir.
Laurent est un ami que j’ai rencontré pendant mes études il y a 10 ans environ. Avec Laurent Folie, ils ont fondé Permavenir en février 2017. Petit à petit, j’ai donné de mon temps à cette association.
Aujourd’hui, je suis Chargé de projets.

Place To B – Quelle est la mission de Permavenir en 2 mots ?

FrançoisPermavenir est une association sans but lucratif qui fait de l’éducation à la permaculture.
Ses actions sont plutôt dirigées vers la petite enfance car le but est de fournir les crèches et les écoles en alimentation saine et locale.
Les enfants sont les plus sensibles aux perturbateurs endocriniens et nous devons leur garantir une alimentation de qualité, pour maintenir leur croissance et leur bonne santé.
Nous avons également une mission de sensibilisation auprès des petits.
Par exemple, nous installons des potagers dans les écoles et encourageons les élèves de CM2 à former les plus jeunes aux bienfaits d’une bonne alimentation, naturelle.
Nous avons ensuite développé depuis un an Permavenir TV, afin de communiquer plus largement et à un public plus diversifié sur les alternatives et solutions existantes pour vivre mieux, en accord avec notre environnement.
Permavenir a vraiment un objectif d’éducation permanente, à la fois à travers la communication et les vidéos, et à la fois sur le terrain.

Place To B – J’en viens à ce nouveau projet, Le J-Terre, dont tu es l’initiateur avec Félicien Bogaerts (Le Biais Vert). Qu’est-ce que c’est concrètement ? Et comment as-tu eu l’idée du projet ?

FrançoisPendant les prémices de Permavenir TV, en 2017, une idée a commencé à germer.
En fait, je me rendais compte, à force de m’intéresser à l’écologie et plus proprement, à l’avenir de notre espèce et de notre planète, j’ai remarqué qu’il n’y avait pas de Journal vidéo de l’écologie.
J’ai ensuite découvert Félicien (Bogaerts) dans ses chroniques sur Classique 21, une radio de la RTBF (en Belgique).
Moi qui fonctionne beaucoup par l’instinct, j’étais tellement bluffé par la qualité de ses chroniques et surtout par son audace que je me suis dit « il faut que je le rencontre ! ».
A ce moment-là, Félicien venait également de lancer « Le Biais Vert », des petites séquences vidéo parlant d’écologie et diffusées sur les réseaux sociaux.
Je lui ai alors expliqué mon envie de créer un JT de l’écologie.
Au début, nous devions être aidé par « Le Média » (avec Sophia Chikirou) pour créer une émission qui se serait appelée « Ciao les terriens ».
Mais le projet n’aboutissait pas et ne correspondait pas vraiment à ce que nous voulions faire.
On préférait dans un premier temps démarrer en restant indépendant et faire les choses complètement à notre image.
C’est cet été qu’on s’est dit réellement « Ok, on sait maintenant où on veut aller, on va le faire ! ».
On a alors contacté tous les partenaires et on s’est tous rencontré à Paris mi-Juillet.
Il y avait une telle énergie, une très belle dynamique de groupe, qui a fait qu’on a vraiment bien bossé ensemble et c’est comme ça que la première émission du J-Terre a vu le jour en direct sur Facebook et sur Youtube le 12 septembre dernier.

« On se nourrit de cette belle énergie de mobilisation actuelle autour de la protection de la planète. C’est comme un volcan en ébullition ! »

Place To B – Comment l’équipe du J-Terre s’est-elle constituée et quel est l’apport de chacun au projet ?

François – Depuis la constitution de l’équipe initiale, qui s’est vraiment faite en fonction de nos envies respectives et de nos affinités, on a reçu beaucoup de messages de gens qui veulent s’associer au projet.
On est vraiment ravis de recevoir toutes ces sollicitations et de pouvoir s’agrandir, mais ce n’est pas évident car d’une part, notre agenda est extrêmement chargé, et d’autre part, nous sommes un média franco-belge-suisse alors il faut pouvoir s’organiser pour tous se réunir.
Et puis surtout, on souhaite vraiment garder notre ligne éditoriale.
Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir une équipe de rédaction en béton, avec notre ami journaliste indépendant Pierre, Laurie de « La Relève et la Peste », Victor (Partager C’est Sympa), et Elias (le co-fondateur du Biais Vert).
Pour la conception, on travaille ensemble avec Félicien, et Vincent vient de s’ajouter à la production.
Et il faut aussi saluer le travail remarquable des Parasites au niveau de la technique.
C’est grâce à eux que le J-Terre peut être diffusé. Ils ne sont que 3 mais ils sont multi-casquettes. Ils font vraiment tout !
On fonctionne déjà super bien comme ça alors on fait des petits changements et on agrandi l’équipe au fur et à mesure.
On est en discussion permanente avec de nouveaux partenaires.
Ce n’est pas toujours facile et c’est beaucoup de travail mais on a tous une motivation énorme !
On se nourrit de cette belle énergie de mobilisation actuelle autour de la protection de la planète. C’est comme un volcan en ébullition !

Place To B – Quel est le positionnement par rapport à un JT traditionnel ?

François – Déjà, le mode de diffusion n’est pas le même puisque nous avons choisi d’être en direct live sur Facebook et Youtube.
Récemment nous avons fait le choix de diviser l’émission en 2 parties, l’une avec le JT et l’autre le débat, où nous pourrons creuser d’avantage le sujet du jour.
Nous avons reçu beaucoup de remarques constructives et nous souhaitons sans cesse nous améliorer alors on essaye des choses et on s’adapte en permanence.
Contrairement à un JT traditionnel, nous voulons aller au-delà du simple apport factuel et informatif.
Nous souhaitons non seulement donner l’état actuel des évènements qui se passent sur la planète mais aussi apporter un éclairage plus poussé sur ces situations et surtout proposer des solutions tangibles à ces phénomènes, en s’appuyant sur des vérifications scientifiques.

Place To B – De manière générale, comment ressens-tu le rapport du grand public à l’écologie ?

FrançoisJe pense que la conscience collective ne cesse d’augmenter, et qu’elle va continuer !
Mais que la prise de conscience ne se fera que via un discours positif, non culpabilisant ni moralisateur.
Personnellement j’ai changé mon mode de vie très progressivement, en commençant par mon alimentation.
Mais je conçois bien que c’est difficile de tout remettre en question. En tant qu’être humain, nous avons des freins qui sont liés à nos croyances, nous nous protégeons en croyant à un système que nous avons toujours connu.
Et puis dès lors qu’on nous propose quelque chose de complètement nouveau, qui demande à changer nos propres modes de vie, forcément ça nous touche intimement et le premier réflexe psychologique que l’on a c’est la peur, on se braque.
C’est dans notre nature. Lorsqu’on y pense, c’est un frein logique.
Les gens ont peur de se poser des questions alors il est plus facile de détourner le regard et de continuer comme avant, en mettant de côté cette nécessité de changer.
Ca me fait penser à cette vidéo, « Thermostat 6 », tellement criante de vérité. Cette famille qui voit bien que leur maison est en proie à une fuite qui ne fait que grossir et grossir et qui bientôt inonde tout.
Mais c’est plus facile de fermer les yeux et de faire comme si de rien n’était.
Or, aujourd’hui, tout autour de nous nous prouve que l’on ne peut plus rester les bras croisés et regarder le désastre se produire.
Il faut avoir cette volonté de se conscientiser et d’agir avant qu’il ne soit trop tard.

Place To B – Comment faire regarder le J-Terre à tous ceux qui ne le regardent pas encore, les indifférents, etc ?

FrançoisC’est bien la question qu’on s’est posé depuis le début : comment s’adresser à tout le monde ?
En étant lucide, je ne pense pas que l’on puisse amener la majorité du public sur ces sujets-là.
Je suis convaincu que c’est avec un petit pourcentage de gens déterminés à bouger qu’on fera avancer les choses.
Après tout, il suffit apparemment que 3,5% de la population se mobilise pour réussir à changer d’échelle et créer une vraie révolution.
En France, cela représente tout de même 2,3 millions de français.
Comment on mobilise autant de gens ? Pour moi, le meilleur moyen reste la non-violence et beaucoup d’amour.
Ça peut paraître bisounours mais il faut rester concentrés sur nos valeurs et tenter de faire correspondre nos actes avec ces valeurs.
Ensuite, être bienveillants et non-moralisateurs ne veut pas dire être naïf ! Il faut aussi montrer qu’on est conscient de l’emprise du consumérisme sur notre société.
Il faut montrer aux gens, sans leur faire peur, qu’il existe déjà des solutions alternatives et que le citoyen possède un pouvoir immense, qui est souvent sous-estimé.
Par exemple pour moi, le boycott reste une des solutions les plus efficaces. Il faut que le pouvoir change de camp.

Place To B – Le JTerre dans 2 ans ? Dans 10 ans ?

FrançoisL’objectif du J-Terre est de proposer une émission par mois, pour expliquer aux internautes l’impact de nos activités sur la planète et proposer des solutions concrètes.
Alors dans 2 ans, j’espère qu’on sera toujours là, avec un public fidèle mais qui se sera agrandi !
Mais pour être toujours présents dans 2 ans ou plus, on se pose forcément la question « Comment dépasser la frontière d’Internet ? » et surtout « Comment ne plus être dépendant d’Internet ? ».
On est bien conscients qu’on ne pourra pas forcément toujours bénéficier de cette facilité de communication via nos canaux actuels.
Et puis pour rester en accord avec nos valeurs, on aimerait pouvoir se détacher de Facebook, Google et Youtube bien sûr.
On y travaille !
Et si vous voulez nous donner un coup de pouce afin de développer tout ça, on est présent sur Tipeee.
Vous pouvez donner quelques euros par mois et c’est ce qui nous permet de continuer à avancer et de vous fournir du contenu de qualité !

Rendez-vous sur : https://fr.tipeee.com/lejterre

Suivez le J-Terre :

Sur Facebook : https://www.facebook.com/lejterre/
Sur Youtube : https://bit.ly/2DtgYmr

Nos derniers articles

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #41

16/11/2018 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

Le J-Terre, le nouveau JT écolo 2.0 !

08/11/2018 par Anne-Sophie Lahaye

Le Journal de la Terre (J-Terre), c’est LE nouveau format de l’actualité écologique que......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #40

26/10/2018 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE