L’actu écolo de la semaine en GIF ! #35

Publié le 31/08/2018

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser à toutes les actus environnementales ? Pas de panique ! Départ surprise de Nicolas Hulot, appel au changement et protection de la haute mer … Place To B a fait pour vous une petite sélection tout en GIF !

Ce n’est (pas) qu’un au-revoir ! C’est LA surprise de la semaine et probablement l’actualité la plus importante de la rentrée : Nicolas Hulot a annoncé ce mardi sa décision de quitter le gouvernement, un an après son arrivée au ministère de la Transition écologique et solidaire. Sur France Inter, au micro de Léa Salamé et Nicolas Demorand, tous deux sous le choc de cette annonce imprévue, il explique que « C’est la décision la plus douloureuse » qu’il a eu à prendre. Nicolas Hulot s’est résigné, pendant son année au pouvoir, il ne veut plus, dit-il, « s’accommoder de petits pas » : « Je me surprends tous les jours à me résigner, tous les jours à m’accommoder des petits pas, alors que la situation universelle, au moment où la planète devient une étuve, mérite qu’on change de paradigme. »
Alors mauvaise nouvelle pour nos politiques environnementales, aveu d’échec ou bonne nouvelle pour un réveil des consciences et l’émergence d’une véritable mobilisation citoyenne ? L’avenir nous le dira. Ce qui est sûr, c’est que son départ ne laisse personne indifférent.

Action, réaction ! Puisque le départ de Nicolas Hulot est le signe qu’il est plus que temps de donner enfin de l’importance à l’écologie en politique, dix ONG écologistes invitent Macron à en profiter pour «changer de cap». Dans une tribune publiée ce jeudi, elles s’adressent à Emmanuel Macron et lui demandent de passer à l’action. La démission de Nicolas Hulot « est une invitation à changer de cap tout en osant rompre avec la facilité des Trente glorieuses et « cinquante » gaspilleuses » et « invite à un sursaut », écrivent ces ONG. A l’origine de cette tribune on retrouve la Fondation pour la nature et l’Homme, Agir pour l’environnement, France nature environnement, Générations futures, les Amis de la Terre, Réseau sortir du nucléaire, Action des citoyens pour le désarmement nucléaire, Association pour la protection des animaux sauvages, Virage énergies et Société nationale de protection de la nature. SOS de terriens en détresse !

La haute mer, qu’on voit danser … Protéger cette mer. Voilà le projet qui commencera à être débattu du 4 au 17 septembre prochain sous l’égide des Nations Unies. La haute mer recouvre près de la moitié de la planète, constitue près des deux tiers de l’océan mondial, qui lui-même produit une bonne partie de notre oxygène et l’essentiel des protéines de populations entières, et recèle des ressources biologiques ignorées. Et pourtant, la haute mer ne bénéficie jusqu’à présent d’aucune protection ou presque. L’objectif est de parvenir d’ici à 2020 à établir « un instrument juridiquement contraignant sur la conservation et l’utilisation durables de la biodiversité marine dans les zones situées au-delà des juridictions nationales ». Les enjeux sont immenses : il s’agit de doter d’un cadre juridique la conservation de la biodiversité marine.

Bonne nouvelle pour les abeilles ! Samedi 1er septembre, cinq pesticides néonicotinoïdes, réputés nocifs pour les abeilles, vont être interdits en France. Concrètement, trois néonicotinoïdes (clothianidine, thiaméthoxame et imidaclopride) seront définitivement interdits par l’Union européenne le 19 décembre prochain pour les cultures de plein champ, avec une dérogation pour les cultures sous serre. Mais la France est allée plus loin en votant, dans la loi biodiversité de 2016, l’interdiction des néonicotinoïdes à partir de ce 1er septembre. Un récent décret d’application précise qu’il s’agit des trois produits visés par l’UE, plus le thiaclopride et l’acétamipride. Toutefois, des dérogations seront possibles au cas par cas pour les produits à base d’acétamipride, en faible quantité et jusqu’au 1er juillet 2020, selon le ministère de la transition écologique.

Sommes-nous en train de devenir stupide ? Outre ses multiples effets néfastes sur les systèmes respiratoires, cardiovasculaires et cognitifs, la pollution de l’air nuirait également au quotient intellectuel (QI). Une étude sur le sujet a été réalisée par des chercheurs chinois et publiée le 27 août dans la revue scientifique PNAS. Ces travaux ont montré que les individus exposés à des niveaux importants de pollution obtenaient de moins bons résultats que les autres à des tests de mathématiques et de lettres. Les spécialistes estiment que cette perte de capacités pourrait être équivalente à une année de scolarisation. Dans The Guardian, Xi Chen, un des auteurs de l’étude, affirme également que les conséquences de la mauvaise qualité de l’air sont plus marquées chez « les personnes âgées, surtout celles de plus de 64 ans, les hommes et les individus au faible niveau d’éducation ». Rappellons également que chaque année, sept millions de personnes trouveraient prématurément la mort dans le monde en respirant un air pollué.

 

Nos derniers articles

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #36

21/09/2018 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #35

31/08/2018 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #34

17/08/2018 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE