Diplomatie Climatique : Bilan & Perspectives de la Session SB48 (3/3)

Publié le 19/07/2018

Réunis à Bonn du 30 avril au 10 mai 2018 lors de la session de négociations du SB48, les Etats ont poursuivi leurs discussions post COP21 sur l’opérationnalisation de l’Accord de Paris qui doit s’effectuer en 2020. Au cœur de l’opérationnalisation de l’Accord de Paris : le devenir des contributions nationales et l’avenir de la coopération internationale.

Après le Paris Rulebook et le Dialogue de Talanoa, zoom sur le 3ème enjeu du SB48 à Bonn !

Enjeu #3 au SB48 – Progresser sur les autres points de l’agenda des organes subsidiaires SBI et SBSTA à la lumière de l’Accord de Paris.

« SB sessions » est utilisé dans le jargon onusien pour qualifier la réunion du SBI et du SBSTA qui sont deux organes permanents de la Convention climat.  Traditionnellement, ces deux organes se réunissent deux fois par an : une fois en conjonction avec la Conférence des Etats Parties à la Convention climat (COP) et la seconde fois, au printemps. La session SB48 est donc la session du printemps.

Qui sont le SBI et le SBSTA ?

L’organe subsidiaire de mise en œuvre (SBI) à la charge d’aider la Conférence des Parties à assurer l’application et le suivi de la Convention[1], du Protocole de Kyoto et plus récemment l’Accord de Paris (en particulier, les éléments clés de l’Accord de Paris et d’autres points importants). En plus de ces missions traditionnelles, le SBI accompagne l’APA[2] dans la définition de certaines modalités de mise en œuvre de l’Accord de Paris.

L’organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique (SBSTA) quant à lui, fournit, entre autre à la Conférence des Parties, des renseignements et des avis sur les aspects scientifiques et technologiques de la Convention[3], du Protocole de Kyoto et plus récemment de l’Accord de Paris. La Convention climat précise davantage les activités du SBSTA : il est en charge de faire l’état des lieux des connaissances scientifiques sur les changements climatiques et leurs effets; faire le point, sur le plan scientifique, des effets des mesures prises en application de la Convention; recenser les technologies et savoir-faire de pointe, novateurs et performants, et indiquer les moyens d’encourager le développement et d’en assurer le transfert; fournir des avis sur les programmes scientifiques, sur la coopération internationale et la recherche-développement en matière de changements climatiques et sur les moyens d’aider les pays en développement à se doter d’une capacité propre; et enfin répondre aux questions scientifiques, technologiques et méthodologiques que la Conférence des Parties et ses organes subsidiaires pourront lui poser[4].

 

crédit : S. Marquant
 

Le bilan et perspectives des travaux du SBI et du SBSTA

Les travaux organisés par ces deux organes à la session SB48 ont permis de progresser sur leurs agendas respectifs.

Parmi les axes de travail du SBSTA, cette session a permis de faire un focus important sur la question de l’adaptation. Une grande partie des discussions concernant l’adaptation s’est concentrée sur la révision du programme de travail Nairobi sur les impacts, la vulnérabilité et l’adaptation au changement climatique à la lumière de l’Accord de Paris. Ce programme mis en place en 2005 à l’occasion de la COP11 propose un mécanisme de diffusion de l’information sur l’adaptation et la résilience aujourd’hui apparenté  à un hub d’informations. Son objectif est d’aider les pays, en particulier les pays en développement, à mieux prendre en compte les incidences des changements climatiques notamment en ce qui concerne leur vulnérabilité à ces changements, ainsi qu’à prendre des décisions éclairées en matière d’adaptation[5]. Lors de la session du SB48, il a été décidé en autre d’améliorer la cohérence entre les activités relatives à l’adaptation relevant du Programme de travail de Nairobi et les buts et objectifs d’autres cadres mondiaux tels que le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030[6]. Ainsi les domaines thématiques futures du Programme de travail de Nairobi dont la santé, les établissements humains, les écosystèmes et l’eau, la diversification économique et les indicateurs de l’adaptation et de la résilience aux changements climatiques seront traités en tenant compte d’une série de nouvelles questions relatives aux changements climatiques et parmi elles, la sécurité alimentaire et l’agriculture, les villes et les systèmes urbains, les systèmes ruraux, les phénomènes météorologiques extrêmes et ceux qui se manifestent plus lentement. Il a également été précisé que le 12e Forum des coordinateurs de ce programme sera organisé en décembre 2018 en marge du SBSTA49 et portera sur la diversification économique.

Parmi les décisions majeures prises au sein du SBI lors de cette session SB48, un projet de décision a été adopté sur les moyens de développer l’éducation, la formation, la sensibilisation, la participation du public et l’accès de la population à l’information, de façon à renforcer l’action engagée au titre de l’Accord de Paris[7].

A côté de ces activités traditionnelles, le SBI, assisté par le Comité exécutif du Mécanisme international de Varsovie relatif aux pertes et les préjudices, a été chargé d’organiser un dialogue d’experts, dénommé le dialogue d’experts de Suva. L’objectif de ce dialogue était d’échanger sur les pratiques nationales et de développer des approches communes visant à éviter et réduire les pertes et préjudices liés aux effets néfastes des changements climatiques et identifier les voies possibles d’amélioration de l’appui fourni notamment en matière de financement, de technologie et de renforcement de capacités.

Un rapport sur la base des échanges qui se sont tenus lors de ce dialogue sera produit et fera l’objet d’un examen par le Comité exécutif du Mécanisme international de Varsovie relatif aux pertes et les préjudices lors de sa réunion de septembre 2018.

Enfin, régulièrement le SBI et le SBSTA organisent des discussions en commun sur des sujets transversaux. Organisée sur une journée et demi par le SBI et le SBSTA en lien avec le comité d’adaptation et les champions de haut niveau pour le climat, la réunion technique des experts sur l’adaptation a porté cette année sur la planification de l’adaptation avec un focus sur les groupes les plus vulnérables, les communautés et les écosystèmes. Les conclusions de cette réunion technique seront rassemblées au sein d’un document de synthèse et nourriront les échanges, en particulier, lors de l’événement de haut niveau organisé par les champions pour le climat qui se tiendra à la COP24.

L’ensemble des travaux réalisés par le SBI et le SBSTA dans le cadre de la session SB48 nourrira les discussions à venir au sein des autres organes subsidiaires de la Convention climat. Le SBI et le SBSTA poursuivront leurs travaux à Katowice lors de la prochaine session SB en conjonction de la COP24. D’ici là, les évènements qui vont ponctuer la fin de l’année 2018 et en particulier la sortie du très attendu rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sur les 1.5°C, en octobre 2018 et les discussions au cours de la session additionnelle à Bangkok en septembre 2018 préfigureront l’état d’esprit dans lequel se tiendront les sessions du SBI et du SBSTA en décembre 2018.

 

[1] Convention-Cadre des Nations unies sur les Changements climatiques, 1992

[2] Article 1 – Enjeu #1 au SB48 – Accélérer le rythme de travail dans le cadre du programme de travail de l’Accord de Paris et produire pour la COP24 un projet de Rulebook cohérent, équilibré et robuste.

[3] Convention-Cadre des Nations unies sur les Changements climatiques, 1992

[4] Convention-Cadre des Nations unies sur les Changements climatiques, 1992

[5] Site de la convention climat : www.unfccc.int – section sur le Programme de travail de Nairobi

[6] FCCC/SBSTA/2018/L.8

[7] FCCC/SBI/2018/L.3

 

Nos derniers articles

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #39

19/10/2018 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

Vincent Verzat nous mobilise pour le climat !

11/10/2018 par Anne-Sophie Lahaye

Vous l’avez déjà sûrement vu dans les vidéos de sa chaîne « Partager C’est Sympa »,......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #38

05/10/2018 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE