Place To Brief #2 / B-COME : Comment apprendre du passé ?

Publié le 05/04/2018

Vous l’avez peut-être remarqué sur notre page Facebook, chaque semaine nous revenons sur notre passage à la COP21 à Paris ! Un petit voyage dans le temps, direction nos Place To Brief ! Chaque semaine, retrouvez un extrait de ces débats passionnants et souvent passionnés !

Pendant les deux semaines de la COP21, nous avons tenus tous les soirs les Place To Brief. Animés par Anne-Sophie Novel et Joe Ross, ces rendez-vous internationaux débriefaient les évènements de la COP21 et invitaient artistes, auteur(e)s et militant(e)s à s’exprimer sur les enjeux climatiques. 14 jours, 14 thématiques.

Retrouvez ici l’intégralité de notre deuxième Place To Brief : B-come. Comment apprendre du passé ? Ce deuxième chapitre nous fait faire un retour dans le passé, pour revenir à l’histoire des civilisations, à la signification de la notion de progrès et à la façon dont nous comprenons les concepts de « transition » et de « transformation ».

Pour répondre à cette question, Anne-Sophie Novel et Joe Ross reçoivent Barbara Glowczewsi, Directrice de recherche au CNRS. Sa spécialité ? Les groupes aborigènes d’Australie. Rob Hopkins, un des écologistes les plus influents du Royaume-Uni est de la partie. Il est le co-fondateur de Transition Network et de Transition Town Totnes, et le fondateur du Transition movement. Sans oublier le réalisateur chinois écologiste John D. Liu !

Pour nos intervenants du Place To Brief #2 notre passé contient la clé de notre avenir. Monnaies locales, culture orale et économie…

Que pouvons-nous apprendre des aborigènes d’Australie et de leur manière de transmettre l’histoire ? Leur histoire et celle de leur territoire. Connaître l’histoire de sa terre, permet d’en comprendre les enjeux et les dangers qui la menace. Quand la vraie richesse n’est plus dans la possession mais dans la transmission. 

Pour John D. Liu, nous avons créé un système corrompus en valorisant les produits transformés et les dérivés, en accordant toujours moins d’importance à la source de la vie.  La pluie, l’océan, l’atmosphère… Toutes ces choses si précieuses pour notre survie, dont avaient conscience nos ancêtres, ont une valeur économique nulle. Mais tout cela n’a en réalité aucune valeur et finira à la poubelle. Pour tourner l’énergie humaine vers la préservation, il faut que notre système économique accorde de la valeur à l’écosystème.

Le Transition movement de Rob Hopkins est décrit par la BBC comme « la plus grande trouvaille urbaine du siècle ». Après le passé, tournons-nous vers le présent et l’avenir. Quand inviter les citoyens au coeur de la ville, avec leurs souvenirs et leurs envie, permet de dégager des politiques urbaines durables et sociales.

 

Nos derniers articles

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #39

19/10/2018 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

Vincent Verzat nous mobilise pour le climat !

11/10/2018 par Anne-Sophie Lahaye

Vous l’avez déjà sûrement vu dans les vidéos de sa chaîne « Partager C’est Sympa »,......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #38

05/10/2018 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE