Victor Vauquois, interview en route pour la COP23

Publié le 03/11/2017

Victor Vauquois se désigne comme militant climatique. Une manière comme une autre de désigner celui qui s’engage depuis pas mal d’années auprès de nombreuses associations et réseaux travaillant sur les questions climatiques. A quelques jours du début de la COP23, Victor nous parle de ses projets en cours et de sa vision de la sensibilisation du grand public !

Bonjour Victor, peux-tu nous dire comment as-tu mis le pied dans les questions climatiques ?
J’étais étudiant et je me suis lancé chez les Jeunes Écologistes. J’ai tapé « jeune » et « écolo » sur Google et voilà ! Cela correspondait à ce que je cherchais à l’époque, une association globale sur l’écologie par les jeunes pour les jeunes et où on apprend à s’auto-organiser. Même si la politique m’intéresse, j’ai toujours été surtout intéressé par agir sur le plan associatif. J’ai quand même fini secrétaire fédéral des jeunes écolos ! Ensuite, en 2013, il y a eu le lancement d’Alternatiba que j’ai rejoint. Je me suis lancé un peu, beaucoup et même passionnément sur tout ce qui était enjeux climat ! Depuis, il y a eu ANV-COP21 et quelques autres associations mais Alternatiba reste vraiment le lieu de mon engagement climat principal et premier. Aujourd’hui, je me consacre principalement l’organisation des mobilisations et à la communication, même si je fais aussi un peu de plaidoyer et d’animation de réseaux.

Tu collabores depuis quelques temps avec Vincent Verzat dont les vidéos cartonnent sur Facebook. Pourquoi ?
On ne doit pas oublier la nécessité de sensibiliser et mobiliser le grand public. Il faut toucher ceux qui seraient prêts à s’engager et à rejoindre l’action, notamment sur les questions climatiques qui sont de plus en plus sur le devant de la scène. Mais les associations ont du mal à aller les chercher justement. C’est évidemment difficile et nous manquons de canaux pour les toucher directement. Avec Vincent, on a quelqu’un qui peut toucher le plus grand nombre. Jusqu’à avoir des partenariats avec des médias ultra « mainstream » et pas du tout engagés, ce qui n’arrive jamais d’habitude.

Vincent Verzat

Est-ce difficile justement de trouver un équilibre entre l’aspect engagé et la cible grand public ?
Je ne suis pas sûr que ce soit si difficile. Par exemple, nous faisons toujours attention à proposer un moyen d’aller plus loin en fin de vidéos. Par exemple en proposant un lien vers un MOOC qui va permettre de creuser un sujet et ensuite de se mobiliser. Si on prend l’exemple de la dernière vidéo avec Jon Snow, c’est vrai qu’on a eu quelques retours négatifs de certains militants qui trouvaient que le discours n’était peut-être pas assez précis, qu’il y avait un peu de simplification. Mais c’est fait exprès ! Le but n’est pas de parler aux militants avec ces vidéos ! Il faut savoir varier ses publics. Il nous arrive aussi de faire des vidéos qui sont au contraire complètement ciblées pour un public militant, très qualitatives pour eux. Elles ne seront pas vues par des millions et partagées par Minutebuzz mais par contre elles servent aux associations d’outils de communication au quotidien et ça c’est génial.

Avec Vincent, vous avez le même background ?
Non, pas du tout et c’est assez amusant en fait. En fait j’ai un parcours militant plus classique là ou Vincent se définit lui-même comme vidéaste activiste. Un vidéaste d’abord qui est passé à l’action engagée avec ce qu’il savait faire : des vidéos, et ce qu’il voulait faire : promouvoir les initiatives. Il a commencé à venir à des événements parce que ça lui parlait. Il voulait soutenir mais n’était pas intéressé par l’aspect organisationnel ou la lumière. Il a fait des premières vidéos dès mi 1015 et a très vite été recruté pour la COP21 par 350.org. C’était une belle reconnaissance pour la qualité de son travail. Il a passé ensuite 1 an et demi à bosser dans l’ombre pour plusieurs associations avant de lancer le vlog au printemps 2017.

Aujourd’hui, c’est devenu un visage vraiment connu avec ses vidéos engagées.
Oui, ce n’est qu’un peu avant la COP21 qu’il a décidé de passer devant la caméra depuis sa chambre. Puis début 2017, avec le vlog des gens qui se bougent, il a l’idée de sortir dans la rue et il se passe un truc assez dingue puisque les vidéos ont commencé à dépasser le million de vues ! Ses vidéos répondent vraiment à un besoin en fait. D’ailleurs Vincent fonctionne vraiment comme ça, il suit beaucoup les retours de sa communauté et prend encore beaucoup de temps pour répondre aux commentaires et savoir ce qui intéresse son public.

Qu’avez-vous prévu avec Vincent pour la COP ?
Nous allons publier une vidéo par jour, avec un thème différent à chaque fois. 10 vidéos au total donc ! Nous voulons faire le lien entre la COP23 et l’extérieur. Il y aura bien-sûr un volet décryptage des négociations mais en même temps nous voulons faire sortir de climat de la COP et construire des passerelles avec les questions françaises : agriculture, aéroport NDDL, etc…

Quelle est ta vision du manque de médiatisation récurrent des COP ?
Je pense qu’il y a à la fois un côté volontaire et un côté involontaire à tout ça. Volontaire car certains ont intérêt à ce que les négociations restent un « enjeu d’experts » et n’ont pas forcément envie de parler de ce qu’il s’y passe. Involontaire car même les associations amies et la société civile n’ont souvent ni le temps ni les moyens de donner de la visibilité au grand public dans de bonnes conditions. Avec Vincent et le RAC, c’est justement pour ça qu’on a décidé de faire quelque chose. Il faut que le grand public puisse mieux savoir ce qui s’y dit et en quoi cela a des liens avec ce qui se passe en France.

Après la COP23, le 12 décembre pour être précis, Emmanuel Macron organise un sommet climat dont on ne sait pour l’instant que peu de choses. En sais-tu de ton côté un peu plus ?
Sur l’événement Macron, pas vraiment non. C’est encore un peu flou et ils n’ont pas communiqué sur le 12, même si le site présentant les side events qui se tiendront le 11 et le 13 vient justement de sortir. Ce qui est sûr c’est que côté ONG, nous comptons bien profiter de l’occasion. Ce sera un bon moment pour se rassembler entre structures et porter un message commun sur les décisions françaises et sa prétendue exemplarité sur plein de sujets : agriculture, Guyane, taxe sur les transactions financières, CETA, fond vert, etc… Je ne vous en dis pas plus mais restez connectés juste après la COP…

Pour conclure, un avant-goût de ce que vous avez envie de faire dans le futur avec Vincent ?
Nous aimerions beaucoup développer davantage de vidéos en réaction à l’actualité. C’est ce qu’on a fait par exemple avec une analyse du plan Climat de Nicolas Hulot. Le but était de vulgariser et de proposer une analyse de ce plan. On a été étonnés par son succès : plus d’un million de vues, des relais par toutes les grandes ONG et les médias. Ça nous a fait comprendre qu’il y avait un vrai potentiel de jeu avec l’actualité qu’on n’utilisait pas assez. Donc c’est la prochaine étape pour nous !

Merci beaucoup Victor, et à très vite à Bonn !

Nos derniers articles

COP23 : Jour 4, négociations dans la dernière ligne droite

17/11/2017 par Sami Cheikh Moussa

Jeudi était l’avant-dernier jour avant la fin programmée de la COP à Bonn. Est-ce......

LIRE
L'ARTICLE

COP23 : Jour 3, l’arrivée d’Emmanuel Macron

16/11/2017 par Sami Cheikh Moussa

Grand jour à Bonn, la COP23 accueille les chefs d’état du monde entier et......

LIRE
L'ARTICLE

COP23 : Jour 2, au cœur des difficiles négociations

15/11/2017 par Sami Cheikh Moussa

Déjà le 2e jour de Place to B à la COP23 ! La seconde......

LIRE
L'ARTICLE