Arctic Solar – Rencontre avec la navigatrice Anne Quéméré

Publié le 05/10/2017 - en partenariat avec Icade

Le 20 septembre dernier, nous avons eu la chance de rencontrer Anne Quéméré, navigatrice et initiatrice du projet Arctic Solar grâce à notre partenaire Icade. Embarquez avec nous pour découvrir le parcours et l’ambition de cette aventure !

Une aventurière au Pôle Nord

Anne Quéméré est une sportive française née en Bretagne et passionnée de la mer. Dès 2002, elle réalise sa première transatlantique à l’aviron en solitaire et sans assistance pendant 56 jours ! Ce n’est que la première de ses nombreuses odyssées en solitaire, que ce soit à l’aviron ou en « kiteboat ». Elle s’engage également fortement pour la préservation des océans, un sujet sur lequel elle essaie de sensibiliser par ses articles et ses conférences.


« Nous avons tous l’âme d’aventuriers. Nous avons tous des envies d’endroits où nous n’irons jamais. » 
Anne Quéméré


Le dernier projet d’Anne se nomme donc Arctic Solar et il s’agit de la première traversée solaire polaire. Elle compte traverser le Passage du Nord-Ouest en kayak pour relier la Mer de Beaufort et le Détroit de Lancaster pendant le bref été arctique, sur 3 mois entre juillet et septembre, lorsque les glaces ont suffisamment fondu et que l’ensoleillement est maximal. Avec un parcours d’environ 3 500 kilomètres, cette nouvelle odyssée est aussi ambitieuse que pleine d’opportunités pour aller à la rencontre d’une nature menacée par le changement climatique.

Anne Quéméré présente le Solar Boat.

Les glaces et le Climat

Relier l’Atlantique au Pacifique par le passage du Nord-Ouest a longtemps été un des grands objectifs des explorateurs qui ont risqué leur vie dans ce but. En 1845, aucun des membres de l’expédition Franklin n’a pas survécu à l’aventure et il aura fallu 3 ans au norvégien Amundsen pour finalement y parvenir en 1905. Ces difficultés sont évidemment liées à l’englacement qui se produit à l’automne mais qui, selon Anne Quéméré, s’est produit dès septembre lors des deux dernières années. Les conditions sont donc particulièrement changeantes là-bas, l’influence du changement climatique sur les glaces n’y étant pas aussi simple à prévoir que ce que l’on croit parfois.


« C’est un peu comme si on ouvrait une porte vers un autre monde. »
Anne Quéméré


Pour traverser les glaces, Anne Quéméré, a fait le choix d’un kayak pourvu de panneaux solaires. Un véhicule de 5 à 6 mètres dont la coque constituée de bois et de carbone est encore en construction à Neuchâtel . Il se déplacera à fleur d’eau et de glaces et ne perturbera pas l’environnement, lui permettant d’observer par exemple le « bloom » du plancton libéré par les glaces dans un biotope totalement vierge. Le choix du solaire a été fait par la navigatrice après sa rencontre avec Raphaël Domjan, l’explorateur suisse qui a réalisé le premier tour du monde sur un bateau solaire entre septembre 2010 et mai 2012. Après l’avoir vu déployer beaucoup moins d’effort qu’elle sur un kayak solaire, elle décide de se lancer elle aussi dans l’aventure du solaire surtout compte tenu de ce que Raphaël Domjan lui confirme : « la capacité solaire en arctique est plus importante même qu’à l’équateur » !

Au plus près d’un monde en transition

En parcourant des milliers de kilomètres au Nord du Canada, Anne Quéméré traversera aussi bien des toundras que des paysages « bretons » selon ses propres mots. Elle naviguera avec les belugas qui sont à la base de l’alimentation inuit et sera une témoin privilégiée des dégradations de l’environnement arctiques. Là-bas, les modes de vie traditionnels sont menacés aussi bien par Coca Cola et Mac Donald’s que par la fonte progressive des « pingos », les collines de glace.


« Il y a cette volonté d’aller à la rencontre des gens qui vont partager une partie de leur histoire avec nous. »
Anne Quéméré


C’est aussi pourquoi derrière cette nouvelle aventure, il y a une véritable envie de l’exploratrice de communiquer et sensibiliser : un site web est en développement pour permettre de suivre étroitement son avancée et elle devrait même réaliser des visioconférences depuis son embarcation pour faire vivre son parcours. N’hésitez pas également à la suivre sur son compte instagram bien fourni en images de rêve ! Aujourd’hui, le but d’Anne Quéméré est aussi bien de mettre en avant ceux qui rendent possible l’aventure, le constructeur du bateau, le financeur, etc, que d’ancrer la région arctique de nos imaginaires à tous pour rendre les effets du changement climatique plus palpable, et « contribuer à écrire une nouvelle histoire ».

Le soutien d’Icade


« Le partenariat s’est établi sur des valeurs partagées : innovation écologique, mobilité douce, mobilisation pour un développement durable, engagement sociétal mais aussi goût pour le challenge humain et pour le dépassement de soi ! »
Olivier Wigniolle, membre du comité exécutif d’Icade en charge du pôle promotion


Le SolarBoat d’Anne Quéméré portera les couleurs de notre partenaire. Comme l’a précisé Maurice Sissoko, membre du comité exécutif d’Icade en charge du pôle promotion, Icade va financer une grande partie de l’aventure mais se place surtout dans une démarche d’accompagnement et dans une réflexion du départ à l’arrivée du projet. Pour la navigatrice, c’est un sponsor mais surtout toute une équipe qui lui apportera un soutien dans la communication et la diffusion pendant toute la durée de son expédition.

Maurice Sissoko, Anne Quéméré et Olivier Wigniolle.

On espère nous aussi à Place to B que vous serez nombreux à suivre cette aventure et on lui souhaite donc « bon vent ! » (même si ce n’est pas doute pas si utile en kayak solaire 😊) !

Nos derniers articles

Le « One Planet Summit » : la finance au service du climat ?

11/12/2017 par Clémence Postis

Cet article est publié dans le cadre de notre partenariat avec The Conversation France.......

LIRE
L'ARTICLE

L’ACTU ÉCOLO DE LA SEMAINE EN GIF ! #6

08/12/2017 par Clémence Postis

Vous n’avez pas pu suivre l’actu environnementale de la semaine ? Pas de problème......

LIRE
L'ARTICLE

Notre Affaire A Tous : Interview de Marie Toussaint

05/12/2017 par Sami Cheikh Moussa

Quelques jours avant la COP23, nous avons eu la chance de rencontrer Marie Toussaint,......

LIRE
L'ARTICLE