Eco-pâturage : Transition animale dans nos villes ?

Publié le 30/06/2017 - en partenariat avec Icade

Nous sommes nombreux parmi les citadins et notamment les parisiens à regretter l’absence d’animaux visibles dans les espaces urbains. A l’exception des chiens, chats et, bien entendu, des pigeons. Avec le développement rapide de l’éco-pâturage (ou éco-pastoralisme), les choses sont en train de changer !

L’éco-pâturage, kézako ?

Pour rappel, l’éco-pâturage désigne l’entretien des terrains et des pelouses par le pâturage d’animaux herbivores. Vaches, Moutons mais parfois aussi chèvres, équidés ou cervidés (et même des lamas !), ils sont nombreux à faire leur apparition, sur les terrains possédés par les collectivités mais également dans les entreprises. Et ça ne date pas d’hier. Vous vous souvenez peut-être que dès 2009, Google avait fait un peu de bruit en employant 200 chèvres pour tondre la pelouse de son siège californien de Mountain View ?

©Entretien Natures & Territoires

Depuis, nos amis amateurs d’herbes folles ne sont plus une vue aussi inhabituelle pour les urbains et nombreuses sont les grandes villes à avoir rejoint les collectivités pionnières de l’éco-pâturage. Dès 2013, l’association Entretien Nature & Territoire, un bureau d’études qui accompagne les collectivités en amont du projet d’éco-pâturage, avait recensé 150 villes où la pratique s’était développée.

Ça se passe près de chez vous !

Parmi celles-ci, Besançon, Bayonne, Le Havre, Lyon ou encore Grenoble. Dans cette dernière ville, où la municipalité est régulièrement en pointe sur les questions environnementales et durables, la réflexion sur la présence des animaux en ville ne se limite pas à l’éco-pâturage mais intègre également d’autres expérimentations comme la collecte des ordures par traction animale.

En Ile-de-France également, les expériences se multiplient. Ainsi, des moutons sont installés depuis octobre 2016 dans un enclos aménagé sur le talus de l’axe routier, Porte de Vincennes. Ils ont remplacé les machines et les désherbants et sont responsables de la tonte des talus pour la Ville de Paris. Après avoir été mis à l’abri durant l’hiver dans une ferme des envions de Chartres, ils ont fait leur retour en mars dernier et ce jusqu’au prochain hiver, tout comme un autre troupeau installé près de la Porte Dauphine.

Transhumance avec ICADE

ICADE, société immobilière d’investissement cotée du Groupe Caisse des Dépôts et partenaire de Place to B, s’est, elle aussi, ouverte à l’éco-pâturage dans son parc du Millénaire située dans le 19e arrondissement parisien. L’objectif était pour elle de sortir du modèle des pelouses rases car tondues trop souvent dans l’année comme espaces verts typiques. ICADE s’est donc associée aux Bergers Urbains, une SCOP rattachée à Coopaname, pour qu’un troupeau de moutons HD (sigle signifiant « Hautement Domestiqués » !) fasse son entrée sur le parc du Millénaire. L’objectif est ici aussi d’associer service d’entretien, lien social et contact direct entre public urbain et animaux. Le parc s’inscrit d’ailleurs dans un vrai parcours de transhumance des bergers et du troupeau qui traversent l’Université Paris 13 de Villetaneuse, le Stade de France ou encore la ville de St-Denis.

©Icade & Bergers Urbains

Les bergers sont d’ailleurs présents avec les animaux à chaque étape et assurent le contact avec le public curieux. On voit également ici l’intérêt en termes de communication vertueuse pour les organisations développant l’éco-pâturage. La gestion des espaces verts peut devenir un véritable outil de narration associant réflexion autour de la biodiversité, sensibilisation à la nature et développement du lien social.

Pour aller plus loin

Un point de vigilance important, ces démarches (éco-pâturage, traction animale, etc…) visent donc à remplacer l’usage de produits chimiques ou d’énergies fossiles en mobilisant à nouveau des contributions animales. Si elles favorisent la visibilité des animaux d’élevage auprès des citoyens, elles présupposent néanmoins l’utilisation des animaux au profit des besoins humains. Alors que les droits des animaux sont au cœur de nombreux débats, il est possible que dans un avenir proche ces actions soient elles-aussi questionnées.

N’hésitez donc pas à aller rendre visite à un troupeau proche de chez vous, il y en a c’est sûr, et à nous dire ce que vous en avez pensé ! Et si vous voulez en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’association Entretien Nature & Territoire pour retrouver les enregistrements des conférences plénières de la troisième édition des Rencontres Nationales de l’éco-pâturage et de l’animal en ville.

Nos derniers articles

COP23 : Jour 4, négociations dans la dernière ligne droite

17/11/2017 par Sami Cheikh Moussa

Jeudi était l’avant-dernier jour avant la fin programmée de la COP à Bonn. Est-ce......

LIRE
L'ARTICLE

COP23 : Jour 3, l’arrivée d’Emmanuel Macron

16/11/2017 par Sami Cheikh Moussa

Grand jour à Bonn, la COP23 accueille les chefs d’état du monde entier et......

LIRE
L'ARTICLE

COP23 : Jour 2, au cœur des difficiles négociations

15/11/2017 par Sami Cheikh Moussa

Déjà le 2e jour de Place to B à la COP23 ! La seconde......

LIRE
L'ARTICLE