Les visages de la COP22 #2 – Acteurs de la transition au Maroc

Publié le 22/11/2016

Les visages de la COP22

Elles et ils sont membres d’ONG, chercheurs.ses, communicants.es, journalistes, blogueurs.ses, artistes, entrepreneurs.ses… Nous sommes allés à la rencontre de celles et ceux qui font vivre la COP22 en dehors du cercle restreint des négociations. Découvrez le premier billet de notre série « Les visages de la COP22 » sur les porteurs de projets présents à Marrakech qui donnent un sens à la mobilisation contre le réchauffement climatique.

Lire aussi :

Les visages de la COP22 #1 – Storytellers du climat

Les visages de la COP22 #3 – Les artistes au coeur de la mobilisation

Les visages de la COP22 #4 – Baroudeurs du climat

Les visages de la COP22

Maroc : ça bouge sur le terrain !

Il est temps de parler autrement du changement climatique ! Le slogan de Place To B a pris tout son sens au fil des rencontres que nous avons faites dans les différents espaces de la Ville Ocre investis pour l’occasion de la COP22.

Alhem Dridi de l’Espace Bidaya, incubateur d’entreprises sociales du Comptoir de l’Innovation basé à Casablanca : « Accompagner des entrepreneurs au moment où tout est en train de bouger au Maroc, je trouve ça super valorisant ! »

La franco-tunisienne Ahlem Dridi est responsable de l’incubateur Espace Bidaya, porté par Impact Network et soutenu par la Fondation DrososL’incubateur accompagne des entrepreneurs issus de différents univers : la santé (comme la startup MedTrucks qui oeuvre pour un meilleur accès aux soins), les infrastructures sanitaires (Alhem cite StepMobile, service d’épuration mobile pour leurs eaux usées industrielles) ou encore l’agro-écologie, comme l’initiative Biochar Maroc qui transforme les résidus agricoles organiques en engrais biologique et en charbon vert.

Formations, mises en relation, accompagnement personnalisé et organisation d’événements : l’espace Bidaya fédère et rassemble les porteurs de projets marocains. « Le Maroc est un pays où il reste encore plein de choses à faire […] je trouve ça vraiment génial d’être là au moment où tout est en train de démarrer ».

 

Renaud Bettin du Geres (Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités) : « Les COP sont des rappels de consciences »

C’est depuis le Riad Yima de l’artiste Hassan Hajjaj que Renaud Bettin est revenu sur les 40 ans d’activité du Geres, dont le Maroc est le premier territoire d’action. Fours à gaz, agro-foresterie, accompagnement de la ville de Chefchaouen dans sa transition énergétique ou encore le « très sexy » projet des hammams durables (sur lesquels nous avions déjà écrit ce billet) : le Geres propose un panel de solutions concrètes sur le territoire marocain. Au-delà d’encourager simplement leur implémentation, Renaud insiste : « c’est surtout aux communautés locales de diffuser elles-mêmes les solutions et de se les approprier. »

Des solutions concrètes, oui… Mais Renaud a plus d’une corde à son arc et en spécialiste des négociations internationales, il appuie sur l’importance pour des organisations comme le Geres ou Coordination Sud d’influencer les négociateurs lors de leur participation aux COP, véritables « rappels de consciences ».

 

La néerlandaise Cantal Bakker, fondatrice de Pikala Bikes : réduire la pollution en favorisant la mobilité douce par l’intégration des jeunes marocains.

Porté notamment par Art Of Change 21, l’UNEP et la Fondation Schneider Electric, le projet Pikala Bikes, basé à Marrakech, encourage l’utilisation du vélo auprès des communautés locales. Les petites reines sont réparées gratuitement par des professionnels tout droits venus de Hollande. Les participants qui le souhaitent peuvent aussi personnaliser leurs bicyclettes avant de partir faire des balades en groupe. Les règles de sécurité sont aussi abordées, le tout dans des formats pédagogiques et adaptés. À terme, Pikala Bikes entend bien responsabiliser les citoyens marocains et les encourager à utiliser leurs vélos sur les courtes distances, pour désencombrer les grands boulevards de la ville pollués par le flux incessant des deux-roues motorisées.

Dans le cadre de la COP22, des containers furent transformés en ateliers de réparation et les participants des négociations étaient invités à visiter la ville à vélo, accompagnés par de jeunes guides locaux formés spécialement pour l’occasion. Nous en avons fait l’expérience :

 

Julie Carcaly de France Volontaire au Maroc : encourager la prise de conscience citoyenne par l’éducation et la médiatisation pour changer les moeurs et favoriser l’implication du peuple marocain.

Julie est chargée de communication pour France Volontaire au Maroc, en volontariat de solidarité internationale (VSI) depuis septembre 2014. Présente à Marrakech pendant la COP22, elle entend mettre en valeur les structures marocaines locales dans lesquelles travaillent les volontaires français qu’elle suit :

  • Créée en 2001, l’association SODEV Maroc parcourt le Maroc et la Méditerranée à la rencontre des acteurs du tourisme solidaire et de l’économie sociale & solidaire. Plus concrètement, SODEV favorise le développement de la citoyenneté et du tourisme durable dans la ville de Kénitra, en permettant aux territoires ruraux de recevoir des voyageurs.
  • L’Institut Européen de Coopération et de Développement (IECD) est basé à Casablanca. Lancé en 2014, le programme Graines d’Espérance a pour but la modernisation des formations en électricité existantes au Maroc et la création de nouvelles formations qui s’adressent aux jeunes défavorisés en décrochage scolaire. Dans le cadre de la COP22, le concours Talent Vert offrait l’opportunité aux élèves des écoles partenaires du projet de proposer « des solutions innovantes, économiques et écologiques pour répondre aux grands enjeux environnementaux ». Julie revient sur le sac à dos solaire, inventé par le jeune Ghiouane Benaissa qui permet à l’utilisateur de recharger ses appareils électriques en continu.

 

Deux exemples phares selon Julie, qui mettent en exergue les solutions associatives et citoyennes locales apportées pour faire face aux problématiques écologiques. La prise de conscience doit encore gagner du terrain et l’éducation par les médias, de même que l’implication du Roi du Maroc Mohammed VI en sont des pré-requis indispensables selon la jeune chargée de communication.

 

Retrouvez l’ensemble des interviews vidéo réalisées pendant la COP22 sur notre chaîne YouTube : 

Nos derniers articles

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #54

28/06/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #53

31/05/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #52

10/05/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE