Avant la fin de la COP22, petite revue de presse

Publié le 17/11/2016

Alors que la COP 22 touche à sa fin, nous vous proposons une revue de presse sous forme de bilan. L’élection de Donald Trump ne semble pas avoir balayé l’ambition climatique mondiale. Au contraire, des acteurs comme les entreprises américaines s’engagent, les villes semblent plus volontaires que jamais, la Chine veut endosser le rôle de leader…

Interview de Laurence Tubiana : « les gouvernements ne peuvent pas y arriver tout seuls »

J’ai en effet poussé l’idée que la plate-forme intègre des villes, des régions ou des entreprises engagées volontairement dans cette voie. Des États américains, comme l’État de Washington et la Californie, mais aussi la Catalogne, une région du Nigeria et deux régions australiennes vont rejoindre cette plate-forme.

La participation d’entreprises est intéressante car les gouvernements pourront étudier leurs hypothèses sur l’évolution de la nature et des coûts des technologies. Trop souvent, les gouvernements raisonnent sur les technologies du passé, pas à partir de celles de demain.

Face à Donald Trump, 300 entrepreneurs américains se mobilisent pour le climat

Ces multinationales américaines vont continuer à s’engager pour le climat, quelle que soit la politique menée par Donald Trump. « Pour nous, comme entreprise, cela ne change rien à nos engagements et objectifs. On s’est engagé déjà en 2009 à réduire nos émissions de CO2 de 100 % d’ici 2040. Et cet engagement n’est pas influencé par le fait que tel ou tel prenne les commandes dans tel ou tel pays. Nous ne changeons pas nos objectifs, nous continuons sur notre trajectoire, parce que nous avons intérêt à le faire », explique Kevin Rabinovitch, directeur du développement durable du groupe agroalimentaire Mars.

Mezouar [président de la COP22] dresse le bilan de la COP22 à mi-parcours

A ce jour, 105 pays ont déposé leurs instruments de ratification de l’Accord de Paris, ce qui constitue « un signal politique important dans la lutte contre le changement climatique », a continué Salaheddine Mezouar, qui a profité de l’occasion pour appeler toutes les autres parties à suivre le plus tôt possible la voie de la ratification, « afin de maintenir l’élan important en matière d’action climatique ».

Selon Patricia Espinosa, ce chiffre donne à l’accord « beaucoup de poids et de crédibilité ». La Secrétaire exécutive de la CCNUCC s’est également félicitée du fait que plus de 90 pays sont passés des INDC (intentions de contributions) vers les NDC (contributions) « en un temps record ».

Le président de la COP22, qui a mis l’accent sur la nécessité de faire des progrès en terme de mobilisation de financements pour les projets de lutte contre le réchauffement climatique, a aussi indiqué que des annonces importantes seraient faites la semaine prochaine concernant le renforcement des capacités des pays en développement.

« Fresh’it », le réfrigérateur du désert star à la COP22

"Fresh'it", le réfrigérateur du désert star à la COP22

Fresh’it, réfrigérateur du désert – photo COP22

Fresh’it, proposé par la société Go Energyless Solution s’inspire pour ainsi dire de la pure tradition ancestrale marocaine. Pour l’utiliser, il suffit arroser le sable mis dans l’espace entre les deux pots entre une et deux fois par jour (selon le climat), pour qu’un transfert de chaleur par évaporation se déclenche et provoque le refroidissement du pot intérieur.

COP22: un sommet africain à l’initiative du Maroc à Marrakech

Un sommet de chefs d’États et de gouvernements africains se tient à Marrakech ce mercredi 16 novembre en marge de la Cop 22, à l’initiative du roi du Maroc Mohammed VI. Une trentaine de participants sont annoncés. Officiellement, il s’agit de parler «défis et enjeux d’un développement durable en Afrique». Mais en coulisses, chacun sait que pour le royaume chérifien, c’est surtout l’occasion de s’assurer des soutiens dans le but de réintégrer l’Union africaine.

Interview de Pascal Canfin, directeur du WWF France : « La COP22 est le premier test de résistance à l’effet Trump »

Sincèrement, après les discours des différents chefs d’État, le discours de la Chine et du président de la République, on peut penser que l’édifice tient debout. C’est une bonne nouvelle parce qu’il y avait un risque d’effet domino : si les Américains se retiraient, la Chine se retirerait, l’Inde aussi et tout s’écroulerait. Ce n’est pas le scénario qui est train d’arriver. Le problème, c’est qu’on ne parle que de ça, de l’élection de Trump.

Nos derniers articles

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #54

28/06/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #53

31/05/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #52

10/05/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE