Comment expliquer la biodiversité urbaine ?

Publié le 24/03/2016

Biodiversité urbaine

Nos villes hébergent une grande variété d’espèces vivantes souvent méconnues des habitants, d’où l’importance de sensibiliser sur la biodiversité urbaine et de rendre les scolaires, collégiens et lycéens acteurs de la qualité de leur environnement.

 

La biodiversité urbaine, de quoi s’agit-il ?

La notion de ‘biodiversité’ est d’une manière générale méconnue du grand public et des plus jeunes en particulier. L’émergence de ce terme dans le débat public est relativement récente, puisqu’elle date de 1986. Son entrée dans la sphère médiatique date de 1992, à l’occasion de la naissance de la convention sur « la diversité biologique », l’une des trois conventions (avec celles sur la désertification et les changements climatiques) issues du sommet mondiale de la terre de Rio de Janeiro.

Sur le plan méthodologique, l’activité pédagogique avec les étudiantes du master 2 Génie de l’environnement était structuré en quatre temps.

  1. une brève évaluation des différentes perceptions des élèves vis-à-vis de la notion de biodiversité,
  2. un jeu de positionnement pour réfléchir sur les espèces qui vivent en ville,
  3. une présentation de la biodiversité urbaine dans la cour du collège (observation et détermination de la faune et de la flore du collège),
  4. un aménagement des espaces verts, faire des élèves des aménageurs (acteurs) pour qu’ils s’approprient la notion de gestion différenciée.

1. Si je vous dis « biodiversité » ?

L’objectif dans cette activité est d’évaluer l’état de connaissances initiales des élèves afin de construire ensemble la vraie définition de la biodiversité.

Questions posées :

Qu’est-ce que la biodiversité ?
Où trouve-t-on la nature en ville ?
Dans votre quartier, identifiez où l’on peut trouver de la biodiversité ?
Quelle sorte d’espèces végétales et animales peut-on identifier ?

Chaque élève écrit sur un post-it sa définition de la biodiversité, plusieurs réponses émanent des élèves, « la biodiversité c’est tous les éléments naturels qui nous entourent », pour d’autres, «  la biodiversité est le mélange d’animaux ou d’insectes dans la nature », un autre élève considère quant à lui que «  la biodiversité c’est que les êtres vivants ne sont pas pareils ».

En milieu urbain, les végétaux qu’on retrouve facilement sont : les arbres, les plantes, mousses, lichens… et parmi les animaux que nous observons : il y a les mammifères, insectes, oiseaux, lézards etc. Il est important de préserver les espèces présentes dans nos villes, nos quartiers comme celles des forêts tropicales.

Cette biodiversité urbaine est présente sur différents espaces (forêts urbaines, parcs, jardins, façades, toitures…).

Biodiversité urbaine

Qu’est-ce que la biodiversité urbaine ? Les réponses des élèves – © Babas

  1. Jeu de positionnement : quelles sont les espèces qui vivent en ville !

A partir d’observation de photos projetées sur le tableau, cette activité ramène les élèves à réfléchir sur les espèces qui vivent en ville ou non. En se positionnant à gauche ou à droite de deux étudiantes qu’on a appelé jeu de positionnement des espèces, cela à permis un débat entre élèves.

biodiversité urbaine

Espèce vivant en ville ou pas ? Jeu de positionnement © Babas

Comment les enfants peuvent-ils s’approprier la nature ?

La nature est constituée des différents éléments de l’environnement et des milieux, espèces biologiques animales et végétales dont le principe de développement échappe en partie à l’action de l’homme.

Nos enfants doivent palper, observer, ramasser, déterminer l’espèce ou la plante. Faire de la botanique consiste à faire des herbiers. L’herbier permet de conserver des échantillons de plantes.

  1. La biodiversité dans ta cour d’école !

Cette activité propose de faire un inventaire des espèces animales ou végétales qu’on retrouve dans la cour de l’école. Au total, ils ont inventorié 16 espèces ce qui représente un échantillon de la biodiversité urbaine.

  1. Aménageons des espaces verts

Cette activité propose aux élèves de manipuler ou de devenir aménageurs (gestionnaires) d’un espace vert. Ce qui permet d’aborder naturellement la notion de la «  gestion différenciée ».

La gestion différenciée permet de préserver la biodiversité tout en impactant le moins possible le milieu, mais en respectant les contraintes de sécurité, d’usage et le point de vue des riverains.

Cela consiste à adapter les interventions d’entretien en fonction des caractéristiques géographiques, écologiques et paysagères, de la fréquentation et des intentions d’évolution de chaque espèce.

L’activité « gère ta jardinière ! »

Le but de cet atelier était d’aborder de manière ludique la gestion différenciée en confiant aux élèves une barquette remplie de terre et d’herbes et d’un ciseau qu’ils puissent taillé en fonction des photos prises à Rennes de différentes espaces verts ( végétation spontanée, jardins structurés très fleuris, espace en friche, pelouse tondue…)

biodiversité urbaine

Les élèves du collège Sainte Thérèse en train de tondre la jardinière © Babas

biodiversité urbaine

 

L’objectif pédagogique de cette activité est de faire participer les élèves directement à l’aménagement de leur cadre de vie, pour qu’ils y soient bien et qu’ils respectent les jardins et les locaux aménagés par eux-mêmes.

Prolongement du projet la nature en ville (Collège Sainte Thérèse)

  • Aménager l’avant et l’arrière du collège (proposition des élèves)
  • Fabrication d’abris à insectes, activité faite lors de la troisième séance.
Biodiversité urbaine

Atelier de la fabrication d’abris à insectes © Babas

Ces réalisations concrètes ont pour but de mieux responsabiliser les élèves, leur apprendre à respecter leur cadre de vie (puisqu’ils auront contribué à son amélioration).

Lutter contre le changement climatique

La biodiversité en ville y contribue directement (d’une certaine manière) et indirectement. Elle permet également de s’adapter au changement climatique et d’en limiter les effets du réchauffement climatique.

A l’heure où le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) prévoit une augmentation globale de la température terrestre de 4°C en moyenne d’ici à 2050, le végétal et l’aménagement paysager s’imposent définitivement comme des leviers d’actions efficaces pour réduire la vulnérabilité de nos villes.

Pourquoi la biodiversité est-elle si importante en milieu urbain ? Qu’apporte-t-elle et pourquoi est-il nécessaire de la préserver ?

La biodiversité en ville a une dimension biophysique (refroidissement, prévention du risque d’inondation, épuration de l’air et de l’eau, stockage de carbone…) :

  • En créant des îlots de fraicheur en ville : en jouant le rôle de « climatiseurs urbains », les végétaux permettent de rafraichir les rues de 0,5°C à 2°C ;
  • Le végétal et l’arbre en ville contribuent au cycle naturel de l’eau en offrant des espaces naturels de rétention qui permettent de limiter les risques d’inondations ;
  • Les arbres sont considérés comme de puits de carbone grâce à leur importante capacité à piéger le gaz à effet de serre tout au long de leur vie. Ils stockent le CO2 et filtrent les polluants. D’après l’UICN, un arbre mature fixe jusqu’à 20kg par de particules polluantes.

La perte de la biodiversité

La biodiversité subit aussi de plein fouet les pollutions, comme celles de l’air – liée à la circulation routière et aux activités industrielles – de l’eau et des sols. Ces pollutions dégradent les habitats naturels, affectent les chaînes alimentaires et mettent en danger directement certaines espèces.

Par exemple : les pesticides sont responsables de véritables hécatombes auprès des insectes pollinisateurs comme les abeilles et les bourdons.

Les changements climatiques modifient les conditions des milieux des espèces suite aux variations de température et de pluviométrie. Les scientifiques estiment que le dérèglement climatique devient aujourd’hui l’une des grosses menaces de disparition des espèces.

Bilan

Il ressort de cette séquence pédagogique avec trois séances auprès de collégiens une bonne compréhension des aménagements et des notions abordées (continuité écologique, gestion différenciée, biodiversité en ville…).

Pour conclure, je pense que l’école reste un endroit idéal pour l’éducation à l’environnement.

  • Il s’agit pour les écoles, collèges et lycées de mettre en place de projets tels que :
    • la construction et l’installation de nichoirs
    • des potagers scolaires : c’est un support privilégié pour initier les enfants à la biodiversité et leur permettre de comprendre comment poussent les fruits et légumes.

Ces programmes sont mis en place dans le cadre de projet pédagogique à l’environnement où les enseignants de SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) consacrent leur temps.

Nous (médiateurs scientifiques) intervenons en milieu scolaire avec un discours et des outils adaptés, afin d’accompagner les enseignants dans la sensibilisation à l’écologie.

Pour aller plus loin.

 

Nos derniers articles

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #54

28/06/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #53

31/05/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE

L’actu écolo de la semaine en GIF ! #52

10/05/2019 par Anne-Sophie Lahaye

La semaine se termine, et vous n’avez pas eu le temps de vous intéresser......

LIRE
L'ARTICLE