8000 tambours à Paris pour Mother Earth

Publié le 30/11/2015

Ils sont à Paris suite aux événements du 13 novembre et pour la COP21. Pour faire entendre leurs voix et pour soigner les blessures collectives en reconnectant nos cœurs à Mother Earth dans sa dimension sacrée, guidés par les Savoirs des Anciens et des Sages des Nations Premières.

La prophétie toltèqueMother Earth - Däbädi Thaayrohyadi

Depuis la nuit des temps, ces peuples gardiens de la Terre encouragent l’auto guérison et y participent grâce à de puissantes cérémonies, à la roue de la médecine, à la sagesse et au savoir ancestral. Ces méthodes aident à équilibrer notre corps physique, mental, émotionnel et spirituel.

Pour cela, une réunion le matin du 29 novembre dans un théâtre du 9ème arrondissement, préambule à la grande cérémonie des 8000 tambours qui se déroulait l’après-midi au Bois de Vincennes. C’est là que nous avons rencontré Däbädi Thaayrohyadi*, chef spirituel du peuple Otomi et ambassadeur de la Paix, qui porte deux chapeaux, la politique et la tradition des Peuples Indigènes.

Le 21 novembre dernier, une grande Marche pour la Paix devait partir du Champs de Mars, mais a été interdite comme toutes les manifestations. »Le Mur de la Paix au Champs de Mars, c’était le rêve bien sûr », regrette-t-il.  Lors de son discours introductif, il nous dévoile la Prophétie Otomi Toltèque (1521). « Le jour où se réuniront à nouveau ensemble 8000 tambours sacrés sera le début d’une véritable guérison de notre Terre Mère, de Nos Peuples et de Tous les Etres. Et plus d’unité, d’amour, de compassion, de joie de vivre, de respect et de paix reviendront sur la Terre. »

Et de poursuivre dans un Français plus qu’honorable : « Désormais,  Mother Earth nous envoie de nombreux messages sur la manière imparfaite dont vit l’humanité. Les Anciens et les Sages des Nations Premières sont gardiens des codes et secrets qui nous permettront d’agir au-delà de la peur face aux déséquilibres actuels de l’être humain dans son rapport avec le cosmos et avec lui-même. Ils nous enseignent comment retrouver une vie en  parfaite harmonie avec les lois cosmiques ».

Qu’est-ce qui te fait battre le coeur ?

Sur scène près de lui, des représentant du Peuple Lakota (Sioux), chefs, homme médecine.  Tous vêtus à l’occidentale, sans folklore, efficaces, à peine une plume d’aigle (l’oiseau du Nord) ou de condor (oiseau du Sud). Dans la salle, le public – souvent muni d’un tambour – est à 90 % féminin. L’impression est très forte, une vibration intense s’installe quand l’Homme Médecine introduit la Bénédiction de Mother Earth. « Ce que vous voyez là, ce dont vous faites l’expérience, c’est la dimension du Sacré ».

Dans la salle, nous écoutons les maracas,  « le son de la Création » de la Genèse Indienne, le son du Noir, quand il n’y avait encore rien, l’Histoire du début des temps. « Les colonisateurs pensaient que nous étions païens, sans croyance. Mais nous avons aussi nos légendes, la Genèse, ces objets devant moi sont les symboles de la Création». Il énumère : « Ces plumes portant nos prières jusqu’aux endroits sacrés, le cristal venu des profondeur de notre Terre Mère, les coquillages du fond de la Mer qui sont des cadeaux donnés aux êtres humains, symboles de la vie sous marine… ». Le son du tambour s’élève, puissant, en écho aux battements du cœur.

Mother Earth 8000 tambours

C’est une expérience envoutante, qui reconnecte immédiatement et qui aligne les chakras vitesse grand V. Ceux qui n’ont pas de tambour tapent dans leurs mains sourdement ou sur leur cœur. Des chants s’élèvent et accompagnent le rythme lancinant, tout le théâtre vibre dans un début de transe. Ma voisine me fait remarquer que le théâtre va bénéficier de ce nettoyage hollistique. « Toutes les Femmes sont les gardiennes de l’eau », poursuit-il en désignant son ventre d’un geste enveloppant . En portant leur enfant, elles transmettent la sagesse de l’eau aux générations suivantes ». Les Hommes ne sont pas oubliés, ils sont sans surprise « gardiens du Feu »…

Les femmes de notre peuple ont aussi un message

Les Indiennes Lakota ont rencontré les Femmes des tribus d’Amérique du Sud. Elles nous délivrent un message sacré : « Nous vivons au bord de la rivière et nous expérimentons la substance noire qui coule le long de ses berges ». Elles sont tristes. Pourquoi vendent-ils l’huile des entrailles de Mother Earth, pourquoi vendent-ils l’air de ses entrailles (le gaz), pourquoi vendent-ils mes Frères les Arbres, l’Air, l’Eau» ? Chez le Peuple Otomi, il n’existe pas de différences entre le minéral, l’animal, le végétal est l’humain.Tout est Vivant et connecté à l’énergie de la Vie.  Cassandra monte sur scène et lance un cri d’alarme.

« Avec REDD+, le capitalisme extrait le travail de millions de femmes indigènes, en une sorte de marchandisation de leurs émotions et de leurs besoins particuliers . Voilà pourquoi aucune ‘sauvegarde’ ne pourra les libérer ». Un constat partagé par le World RainForest Movement.  Parce qu’elles veulent élever leurs enfants à leur façon, avec leurs danses, leurs chants pour se connecter à Mother Earth « sans entraves, ni frontières », elles ont rédigé un Traité qu’elles portent aujourd’hui à l’ONU et elles ont besoin de notre aide.

 Beautifull Healing Song Sung by The Navajo And The Sioux, All Navajo Pics.
——————————————————–

Déclaration Universelle des Droits de la terre 

* Däbädi Thaayrohyadi, chef spirituel du peuple Otomi,  est un des portes paroles pour la défense des droits des peuples indigènes dans le monde, notamment à l’ONU, l’OMPI et à l’OEA. Il est également le président de l’Association Mahkime (association française de soutien au peuple otomi), le fondateur de l’Université Indigène Internationale au Mexique, ambassadeur pour la paix et initiateur de la cérémonie des 8000 Tambours sacrés pour la guérison de la Terre Mère et pour la Vie. Däbädi Thaayrohyadi consacre sa vie à diffuser dans le monde entier l’énergie de paix, de santé, d’harmonie et d’unité. On peut le soutenir par un don sur helloasso.

** De génération en génération, le peuple Otomi de la lignée Olmèque, Toltèque et Teotihuacan a gardé la mémoire de ses traditions et de son histoire. Installé dans les vallées et montagnes de la région de Mexico depuis plus de 30 000 ans, ce peuple est le bâtisseur des sites cérémoniels de Téotihuacan et de Tula. Les Otomis-Olmèques ont su garder vivantes leur culture et leur spiritualité qui procèdent d’une cosmovision profonde du Monde et de l’Univers.

Catherine Dauriac

Nos derniers articles

Is it healthy to Download Anti-virus For Free?

21/09/2022 par ee2016

Free antivirus programs can be a great way to safeguard your computer from viruses.......

LIRE
L'ARTICLE

Selecting the Best Free of charge Antivirus Software program

21/09/2022 par ee2016

When looking for the best free antivirus software, it is important to choose a......

LIRE
L'ARTICLE

Digital Board Place for Technical

20/09/2022 par ee2016

When it comes to hosting a virtual plank meeting, technology can be a important......

LIRE
L'ARTICLE